LIVRE OBJET, LIVRE ANIME

Changement de lieu...

Au travers du récit de la réalisation d'un livre objet, c'est toute une aventure qui nous est contée par :

- Alix Willaert, responsable de fabrication chez Albin Michel,
- Hélène Millot, éditrice à l'École des Loisirs.

Tout d'abord, quel est le rôle d'un(e) responsable de fabrication ?

Il /elle est le pivot entre les différents métiers qui interviennent dans le processus de fabrication d'un objet imprimé.

Et ils sont nombreux : l'auteur, l'éditeur, le ou les graphistes, l'ingénieur papier, l'imprimeur, souvent situé en Chine à la fois pour des raisons de coûts liés aux très grands nombres d'opérations manuelles nécessaires à la réalisation d'un livre objet, mais aussi pour des raisons de savoir-faire.

La méticulosité et la précision des ouvriers chinois sont particulièrement appréciées, que ce soit en Europe et même dans d'autres pays asiatiques.

Peut-être en lien avec la culture, l'histoire, la pratique de l'origami ?

En tant que fabricante, elle doit trouver des solutions qui satisfassent à la fois à la volonté et l'esprit de l'auteur, les contraintes de l'éditeur, tout en restant économiquement viable. Le prix de vente d'un livre en volume destiné à la jeunesse ne peut pas dépasser 25 euros contrairement aux Beaux Livres pour adultes pourtant parfois plus simples à réaliser.

Pour que l'opération soit viable économiquement, les tirages doivent se situer entre 15 000 exemplaires et 25 000 ex., ce qui impose des coéditions.

Tout cela doit se réaliser en respectant un planning strict pour être à l'heure aux différentes Foires professionnelles diverses et bien entendu pour les fêtes, car ces livres sont offerts à ces occasions.

Le maître mot est donc l'anticipation.

Il faut coordonner les intervenants, aplanir les difficultés techniques, proposer des solutions, raisonner en termes de faisabilité, négocier.

Vient ensuite l'optimisation des montages et des amalgames, en particulier pour toutes les pièces rapportées qui seront positionnées sur chaque double page tout en respectant le sens des fibres et les contraintes liées aux papiers.

Vient ensuite la phase de fabrication proprement dite qui est ici illustrée par la réalisation d'un livre de l'École des Loisirs.

Au départ, une série "chien pourri" existant en livre illustré qui sera décliné en volume avec 3 plans de perspectives.

Un premier projet est présenté qui ne convient pas à l'éditrice pour des raisons de format et de cohérence texte/image. Une nouvelle version est alors proposée en respectant le format initial du livre.

Cette version étant approuvée, il faut maintenant déterminer quels seront les plans et comment ils seront mis en forme.

Ce travail est réalisé par des graphistes en collaboration avec un ingénieur papier qui aide à se représenter le livre en 3D. Il faut aussi définir les pattes de collage, les découpes et ne pas oublier que le papier est un produit vivant.

Il arrive dans certains cas que l'auteur ait lui-même effectué cette opération et vienne chez l'éditeur avec une maquette déjà réalisée. Cela a été le cas par exemple pour un abécédaire en 3D qui a atteint 100 000 ex. sur plusieurs éditions.

Ce travail étant conçu, le projet est envoyé pour être devisé par l'imprimeur qui va à son tour décortiquer le projet et en rendre possible la réalisation.

Plusieurs allers-retours de maquette en volume seront nécessaires avant d'avoir une validation de tous les partenaires.

Il s'agit ensuite de réaliser la photogravure, la bonne qualité de cette étape et du pré-presse est indispensable pour un rendu optimal.

Une maquette finale est réalisée en collant les épreuves couleur sur la maquette en volume.

L'impression peut alors commencer avant de passer à l'étape finale du façonnage de l'ouvrage.

L'imprimeur qui intègre cette étape dispose d'un personnel nombreux et qualifié.

La production est organisée par doubles pages contrecollées.

L'imprimerie va essayer de rationaliser la production au maximum pour limiter le nombre de gestes nécessaires ; la mécanisation est rarement possible, c'est un procédé semi-industriel.

Des formes et des outils spécifiques à chaque titre seront créés en particulier pour l'étape du contre-collage avec des procédés proches de la sérigraphie.

Chaque table de travail manuel est dédiée à la réalisation d'une double page.

Chaque double page est contre-collée selon une technique dite "concertina" qui est un contre-collage à la chinoise avec des zones réservées pour laisser passer les languettes.

Les pièces rapportées seront positionnées précisément puis collées.

Des pointillés imprimés discrètement aident au placement.

Tout cela s'effectue sous la surveillance d'un chef de table en relation avec un coordinateur qui vérifie la conformité et la cohérence de l'ouvrage en se référant constamment à la maquette approuvée.

Ces opérations doivent être réalisées avec un soin extrême en veillant au maculage, aux traces de doigts ou de colle, à l'humidité.

Chaque livre est inspecté individuellement et page à page par un service qualité.

Ils sont ensuite préparés pour l'expédition et doivent être placés en container.

Un passage dans une salle de déshumidification est nécessaire compte tenu de l'hygrométrie importante en Chine afin d'éviter des phénomènes de condensation dans le container et de reprise d'humidité du papier.

Ce n'est pas tout ! Il faut veiller au respect des normes environnementales. De plus, comme ces livres rentrent dans la catégorie "Jouet", des contraintes spécifiques doivent être respectées et des labels sont à obtenir pour une libre circulation en Europe.

Cela suppose des analyses chimiques qui peuvent être coûteuses. Plus d'un millier de substances peuvent être recherchées pour se conformer aux normes européennes.

Il faut également tenir compte du risque climatique. Les typhons sont fréquents en Chine. Du risque RSE, de l'empreinte carbone...

Au final, le coût de production d'un tel livre oscille entre 4 et 5 euros l'exemplaire en tenant compte d'un tirage de 25 000 exemplaires.

Le temps de réalisation entre la décision d'éditer et la réception du livre est d'environ 18 mois au total, l'étape de la réalisation et livraison de 6 mois.

Je vous laisse imaginer l'importance du rétro-planning. Il faut aussi bien mesurer les temps de dédouanement de ces produits finis qui débarquent en France, en général au port du Havre.

Il est à noter que les prestataires susceptibles de réaliser ce travail se raréfient même en Chine, les imprimeries essayant d'évoluer vers des produits plus standardisés.

Jeudi 28 Septembre 2017
Conférence

19 h

ATTENTION
Ecole ESTIENNE
amphithéatre Charlie
18, boulevard Auguste Blanqui
75013 PARIS
métros :
Place d'Italie ou Corvisart

Inscrivez vous!
Les inscriptions sont closes.
Suivez notre programmation en vous inscrivant à notre newsletter!.